Catégories
Uncategorized

Blogmoteurs devient Mirago

Blogmoteurs, le blog SEO que je maintiens depuis quelques années change de nom et devient Mirago !

Mirago, un nom de domaine qui me convient bien plus pour un site sur le référencement naturel et les moteurs de recherche en général. Le site est en cours de construction et sera visible début janvier.

Catégories
Uncategorized

Budget SEO : le coût des liens entrants

De nos jours, la veille est indispensable. Pour se remettre à jour, pour apprendre… souvent, on tombe sur des choses assez douteuses ou inutiles, mais il arrive que l’on tombe sur un article clair, qui arrive à vous parler. C’est le cas de cet article de SEOmoz sur le link building. Pour que vous aussi, non anglophones, puissiez en profiter pleinenement, je vous propose une traduction de cet article.

services-payperclick-optimized

Les liens gratuits, ça n’existe pas. Il s’agit du temps que vous avez passé à entrer en contact avec un partenaire potentiel, de l’argent utilisé pour tourner une vidéo virale, ou même du temps passé à penser à la meilleure façon de développer votre stratégie de link building.

Parler d’un investissement général en link building n’étant pas possible, on partira d’un cas hypothétique d’une petite entreprise, qui aurait 1500 €, ou 60 heures à dépenser. Ce qui ne signifie pas que l’on utilisera 1500 € en achat de liens, il s’agit juste d’avoir une perspective concrète, que l’on peut augmenter si on a un budget plus conséquent.

Le budget du Link Building est fixé
  • Existe-t-il une base de link building sur le site ?
  • Quel peut être le but raisonnable de cette entreprise ? Améliorer la confiance portée au nom de domaine, voire la longue traine ? Booster la position de certaines pages dans les SERP ?
  • Comment se défendent mes concurrents ? De combien de temps ai-je besoin pour les surpasser ?

Imaginons que l’on vous octroie du temps, ou de l’argent, pour bâtir une campagne de link building. c’est le genre d’occasion qu’il ne faut pas négliger, et qui n’arrive pas tous les jours. Il est donc très important d’investir cet argent à bon escient, sous peine de ne plus jamais avoir ce genre d’opportunité.

Mais alors, que faire avec cet argent ? Comme vous pouvez vous en douter, ce n’est pas une question qui a une réponse toute faite, et beaucoup de critères sont à envisager. Il existe différentes stratégies. Vous devrez, dans un premier temps, vous poser quelques questions, concernant le site qui bénéficiera du link building.

Link building : soumettre un site dans les annuaires

On pourrait investir 1500 € uniquement en s’inscrivant dans des annuaires, et ça ne prendrait pas plus de cinq heures. Mais les annuaires sont, la plupart du temps, peu fiables, et certains s’apparentent à du spam. Il y a mieux à faire.

Peu d’annuaires ont beaucoup de valeur en France, même les payants. Il existe des enrregistrements payants, avec une cotisation annuelle (la version américaine du Yahoo directory, la française n’étant plus accessible ni renouvelée).

Est-ce que ça veut dire que vous ne devriez pas utiliser d’annuaires ? Oui et non. En tout cas, il n’est pas nécessaire d’investir de l’argent pour s’y inscrire. Il traine, sur Internet, des listes d’annuaires et parfois même d’une bonne réputation. Il vaut mieux passer un peu de temps à dénicher ce genre d’informations et surtout, il faut s’armer d’un peu de courage pour aller au bout de ces procédures qui, si elles sont bien menées (descriptions uniques, tout ça) peuvent apporter une petite source de trafic et, surtout, pas mal de poids pour la page référencée.

Trouver les partenariats de qualité

C’est une technique qui peut ne pas vous coûter d’argent. En revanche, si vous voulez être efficace, elle nécessitera du temps. Vous pouvez sous traiter, ou employer quelqu’un pour faire des demandes à votre place, mais vous aurez besoin de donner accès à un récapitulatif simple et rapide des bonnes pratiques de référencement. Un petite fiche très synthétique fera parfaitement l’affaire.

Ainsi, vous éviterez de vous retrouver avec des partenaires spammeurs.

Mais si vous souhaitez investir, vous pourrez peut-être obtenir de meilleurs résultats, ou en tout cas les obtenir plus facilement. Il peut s’agir de réductions, de bons d’achats ou même de gadgets offerts contre un lien. C’est une pratique qui peut sembler un peu borderline, mais il n’y a rien de mal à offrir des échantillons pour susciter l’intérêt.

La pratique la plus compliquée de l’opération sera de mesurer les résultats. Vous pouvez le faire de plusieurs façons différentes. Vous pouvez utiliser des codes, que les utilisateurs auront à rentrer d’une façon ou d’une autre, envoyer vos visiteurs vers un mini site, ou une landing page, ou vous pouvez utiliser les fonctions avancées de Google Analytics pour analyser les retours, à long terme, de votre campagne.

C’est une technique qui peut s’appliquer à toutes les entreprises. Ce qui importe, c’est qu’une fois que vos efforts auront payé et que d’autres entreprises évalueront l’opportunité d’un partenariat avec vous, elles ne trouvent pas un site peu attractif, qui ne leur correspondent pas du tout, ou qui n’est pas terminé. Il faut à tout prix soigner votre apparence sur le web.

Acheter des liens : on oublie… enfin…

C’est une pratique dangereuse, clairement déconseillée par Google. Evidemment, si vous disposez d’un budget conséquent, il serait tentant de l’utiliser de cette façon. Une solution facile à mettre en place. Mais vaut-elle vraiment la peine ?

L’achat de lien n’est pas sécurisante, surtout si on souscrit auprès d’une agence spécialisée en la matière. Cela pourrait peut-être être un peu plus simple, mais il faut aimer les investisements à risque et, surtout, avertir vos clients de vos pratiques.

LinkBaiting/Marketing viral

Appellez ça comme vous voudrez, mais il s’agit d’attirer « naturellement » les gens à produire des liens vers une page souhaitée. Qu’il s’agisse d’un post de blog, d’une infographie, d’un widget, d’une page 404 drôle ou originale, d’un livre blanc… si c’est bien fait, il n’y a pas de meilleur investissement.

Il y a énormément d’opérations de ce genre qui ont brillamment fonctionné, sans nécessiter un investissement de 1500 €. Une bonne petite vidéo, un scénario intelligent et quelques heures de tournage ont récemment donné naissance à ce hoax bien pensé qui a créé un buzz assez rapidement.

N’hésitez pas à mettre en place ce genre de pratiques, quelque soit votre domaine. Si vous avez une idée géniale, c’est là dedans qu’il faudra investir. Il vous suffit d’avoir des connaissances en webmarketing et un bon instinct pour mettre en place ce genre de solution.

Reporter vos résultats

Il s’agit peut-être du point le plus important, sous réserve évidemment que ce qui précède ait été exécuté avec succès. Gardez l’oeil sur le trafic de votre site, faites attention aux hausses et à ce qui les a provoqué (ou inversement).

Catégories
Uncategorized

En mal de clients ? Pensez référencement local !

Le cas des entreprises locales est intéressant car les capacités pour l’optimisation du référencement local permettent d’obtenir d’excellents résultats rapidement.

services-marketingresearch-optimized

La géolocalisation prend une place de plus en plus importante dans notre quotidien, tant au niveau personnel que professionnel. C’est un constat évident et la géolocalisation combinée à la mobilité avec une dose de communauté nous donne un mélange savoureux de partage quasi instantané d’expérience dans un lieu à proximité (exemple : “je viens de trouver un restaurant / artisan / magasin près de chez moi avec des avis positifs et constructifs de clients / consommateurs”).

Votre business se développe aussi à travers la géolocalisation

Il n’y a qu’à regarder le florilège d’applications mobiles s’appuyant sur la géolocalisation (j’aime bien les dismoiou/tellmewhere, super-marmitte, tripadvisor and co) permettant de trouver le restaurant ou le bon petit plat le plus proche (avec les avis des mobinautes), la pharmacie, la station d’essence, etc. pour comprendre qu’une bonne part du business des entreprises se fera en fonction d’une présence online “géolocalisée”.

Il n’y a qu’à suivre les stats des acteurs comme Foursquare (+10 Millions de membres), des sites d’achat groupés comme Groupon, pour constater que le consommateur est de plus en plus intéressé par “le bon plan à proximité ou dans un lieu donné” et utilisera les réseaux sociaux ainsi que les commentaires pour partager ensuite son expérience.

Les PagesJaunes, oui mais…

Historiquement Les PagesJaunes (beurk) tiennent le haut du pavé dans le domaine de la recherche géolocalisée d’une entreprise. Près de 4 Millions de professionnels sont inscrits sur l’annuaire qui, s’il était exclusivement distribué en version papier il y a encore quelques années, se voit de plus en plus utilisé via Internet et les mobiles. A 5000 euros le listing, c’est une poule aux oeufs d’or pour France Telecom…

L’application pour smartphones utilise ainsi vos coordonnées GPS pour vous indiquer le professionnel le plus proche de votre position. C’est bien pratique il faut l’avouer mais ce que l’on oublie souvent c’est le coût que cela représente pour le professionnel qui souhaite être référencé sur l’annuaire (avec lien vers site web, plan d’accès, etc.). Les offres marketing proposées par le groupe PagesJaunes sont plutôt bien ficelées (bien qu’onéreuses à mon sens pour les TPE !) mais en tant qu’entreprise vous pouvez compléter (remplacer ??) votre présence en ligne par l’utilisation de Google Adresses (ou Places).

Google Adresses

En effet, la donne change jour après jour avec l’utilisation croissante de ce service Google (Google Places en anglais) qui offre gratuitement la possibilité aux entreprises de créer une fiche descriptive et de se référencer ainsi d’une autre manière. Vous pouvez paramétrer des photos et des vidéos, l’adresse de votre entreprise, un numéro de téléphone, un lien vers votre site web ou votre blog, des coupons de réduction (y compris pour les mobinautes), des catégories, des infos complémentaires (exemple : votre restaurant dispose du Wifi gratuit). Certes l’inscription sur Google Adresses doit être la plus optimale possible (voir ici le support Google) pour que le référencement local soit le plus performant. Mais le jeu en vaut la chandelle car la recherche géolocalisée (depuis un PC, une tablette ou un smartphone) est en croissance continue (plus de 20% des requêtes sur Google étant associées à une localisation).

Optimisez votre référencement sur Google Adresses

Google Adresses permet de localiser une entreprise locale, en utilisant les fonctionnalités de Google Maps (Plans et itinéraires) pour localiser votre société.

Quand un internaute recherche un service ou un produit dans une localité, via les services Google, il arrive facilement sur un plan Google Maps. Le projet Google Adresses permet d’enrichir le plan en insérant vos coordonnées (des informations, des images …) dans la carte Google. Google Adresses permet donc une meilleure visibilité des entreprises locales.

L’algorithme de recherche local de Google comporte trois facteurs clés :

  • la pertinence par rapport aux mots clés de la recherche : il est donc primordial de bien choisir les catégories au moment de la création du profil de votre entreprise sur Google Adresses,
  • la prédominance, c’est-à-dire la popularité de votre entreprise en fonction du nombre d’avis consolidés en provenance de sites sociaux mais aussi en fonction des mentions en rapport avec votre entreprise recueillie par Google sur le web
  • la distance : plus vous serez proche de la localisation de l’internaute/mobinaute, plus vous aurez de chance d’apparaître en bonne position.

Il est donc important d’optimiser votre référencement local pour avoir une meilleure visibilité et toucher de nouveaux clients. L’algorithme de Google prend en compte au final de nombreux critères qui vous permettront d’avoir un meilleur positionnement (voir en bas de cet article les liens proposés)

Au final, la roadmap de l’entreprise souhaitant mettre en place un référencement local pourrait-être la suivante :

  1. Prenez en main Google Adresses pour vous familiariser avec l’outil, la présentation des résultats, etc.
  2. Renseignez votre fiche entreprise au maximum et exploiter le support mis à disposition pour bien comprendre les enjeux et l’intérêt de chaque fonctionnalité (coupon, video, etc.)
  3. Optimisez les mots-clés (mais attention à la pénalisation en cas de sur-optimisation) et prenez soin de bien sélectionner les catégories adaptées
  4. Faites en sorte d’avoir des avis/commentaires positifs et en quantité sur votre entreprise afin de devenir “une bonne adresse” en se rendant ici mais aussi sur des sites à fort trafic tels que yelp.fr, qype.fr, nomao.com, tripadvisor.fr, cityvox.fr, cityzeum.com, bottingourmand.com, trivago.fr etc. en fonction de votre secteur d’activité.
Catégories
Uncategorized

#SEO + #SMO = ♥ ? Des liens faciles via les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont des sources de liens d’autorité qui vont vous permettre non seulement d’obtenir des liens de qualité pour votre site, mais aussi de dominer la page de résultat sur google lorsque l’on tape votre nom, ou celui de votre entreprise : voici un guide des principaux réseaux à utiliser pour amorcer et booster votre référencement.

postthumb-4

Pinterest : 5 minutes pour un lien dofollow

Rendez-vous sur votre compte, dans les paramètres, et au niveau de votre site web, un bouton « verify » apparait. Cliquez dessus, uploadez le fichier html sur votre serveur, et voilà un lien facile dofollow !

Au passage, vous trouverez de nombreuses infographies SMO, SEO, inbound marketing sur mon compte Pinterest.

Google + : 2 minutes pour un lien dofollow sur Google

Une image vaut mille mots : remplissez votre fiche profil, décrivez vos services, présentez-vous et incluez des liens vers votre (vos) site.

Viadeo : 2 minutes pour un lien sur un PR7

Vous êtes un professionnel, donc a priori vous avez un profil sur viadeo ? Ajoutez-y votre blog, vos sites, les liens sont en dofollow sur un PR7, avec une ancre personnalisée.

De même, sur linkedin, vous pourrez créer des liens dans vos coordonnées de profil persso (3) et sur votre fiche entreprise (illimitées…).

About.me : le hub de votre e-reputation, des liens dofollow en 5 minutes

About.me est une carte de visite virtuelle d’où vous pouvez faire des liens vers tous vos profils, et bien évidement votre site principal.

Le SMO n’est PAS chronophage

Maintenir ces réseaux ne prends pas de temps. Par exemple, inscrivez-vous sur scoop.it, et scooper un article prend 10 secondes, et met à jour automatiquement les profils linkedin, twitter, voire Google + via IFTT, etc.

Des idées ?

N’hésitez pas à participer en commentant si vous connaissez d’autres réseaux sociaux, faciles à mettre en oeuvre : last.fm, Tumblr, Slideshare, et évidement les deux mastodontes que sont Twitter et Facebook. Sachant que désormais, il n’est plus utile de faire la course au dofollow : un bon lien nofollow est parfait pour diversifier et désoptimiser votre profil de liens.

services-webdesign-optimized

Catégories
Uncategorized

Et si Facebook devenait l’alternative à Google pour la recherche sur le web ?

Voici un titre bien provocateur dans le milieu du SEO, où Facebook et consorts sont souvent considérés comme la 5ème roue du carrosse du référencement naturel.

Néanmoins, une étude de Forrester qui vient d’être publiée révèle que les réseaux sociaux sont la seconde source pour découvrir des sites, avec 32% de citations pour les réseaux sociaux, en progression de 7%, et 54% pour les moteurs de recherche.

forrester-google-2012

Facebook a déjà un pied dans la recherche avec Bing et le Graph Search

En dehors du fait que Bing utilise les données de Facebook dans ses résultats de recherche, et que Microsoft détient des actions de Facebook, Facebook a annoncé en début d’année 2013 son moteur de recherche Graph Search. L’idée étant de baser les résultats sur les « Like » de son entourage et « amis », la popularité d’un lien ne viendrait donc plus du nombre de liens mais du nombre de « Like » d’une page (ou d’une entreprise).

A l’heure où j’écris ces lignes, ce moteur de recherche est toujours en version Beta, mais l’on imagine bien que l’on doit se frotter les mains dans l’état major de Facebook lorsque l’étude de Forrester est sortie : le marché est en train de mûrir en faveur des réseaux sociaux.

bing_facebook

44% des internautes anglais sont prêts à quitter Google pour un moteur de recherche sur facebook

Il s’agit du résultat d’une étude réalisée en Angleterre par l’agence digitale Greenlight. L’Angleterre est assez similaire à la France en terme de parts de marché de Google : 87% des recherches se font via Big G.

greenlight

Facebook, fort de ses 800 millions de membres, bénéficie d’un statut de site majeur, non seulement parmi les plus visités, mais aussi sur lequel les internautes passent le plus de temps : 405 minutes comparés aux 3 minutes passées sur Google + par mois. Si demain, 350 millions de personnes décident d’utiliser Facebook pour leurs recherches, Google va commencer à se poser des questions, à moins que cela ne soit déjà le cas…

Facebook, une vraie menace, contrecarrée par Google + ?

Et c’est ici que l’on comprend l’intérêt stratégique de Google + pour Google, face à ce spectre de la recherche sociale. Il suffit que Facebook ance son moteur de recherche, et que celui-ci bénéficie d’un engouement, pour que Google perde une bonne partie de son audience.

Ainsi, l’arrivée de Google + fait désormais sens : du jour au lendemain, Google + peut contrecarrer facebook et proposer une recherche dite « sociale », ce qui est d’ailleurs déjà en partie le cas avec l’influence de l’authorship et du +1.

D’ici 2016, davantage de partages sur Google + que sur Facebook

Et c’est ici que l’on comprend l’intérêt stratégique de Google +, face à ce spectre de la recherche sociale. Il suffit que Facebook lance son moteur de recherche, et une partie de son audience risque de faire la bascule… à moins que Google + décolle enfin ? C’est ce que suggère cette étude de SearchMetrics, qui prévoit qu’en 2016, le nombre de partages sur Google + dépassera ceux réalisés sur Facebook :

fevrier2016-fb-gg

En conclusion : partagez !

Plus que jamais, disposer d’une stratégie sur les réseaux sociaux, a minima disposez les boutons de partages sociaux sur vos pages, ces signaux sont susceptibles de prendre de l’importance.

Références sur le sujet :

Olivier Andrieu et Yassine Aïssaoui se font l’écho de l’étude de Forrester, en proposant eux aussi leurs analyses (juin 2013).

En anglais : le mobile et la recherche sont le futur selon Mark Zukerberg sur Search Engine Land (2012).

Catégories
Uncategorized

Les critères de positionnement #SEO aux Etats-Unis en 2013 // étude Search Metrics

Comme l’année dernière, l’étude de la corrélation des facteurs de positionnement porte sur l’évaluation des facteurs qui permettent de mieux positionner un site dans les résultats naturels de Google.

Quels sont les facteurs de positionnement en 2013 aux Etats-Unis ?

facteurs-seo-2013

 

Le graphique ci-dessus présente ces facteurs. L’étude présente la corrélation entre les résultats de recherche Google et les divers facteurs : un coefficient positif de corrélation survient à un facteur si les pages bien positionnées ont cette caractéristique, tandis que les pages moins bien positionnées ne proposent pas cette caractéristique.

Quelques enseignements à tirer de ces critères et facteurs

1. Les mots clefs perdent de l’importance, non seulement en ce qui concerne les facteurs on-page comme les noms de domaines exacts et les URLs contenant les mots clefs, mais aussi en ce qui concerne les liens entrants. Cela ne signifie pas que les bases du référencement sont à jeter ou sont obsolètes, les mots clefs restent importants dans le titre et la description des pages.

2. Les signaux sociaux sont corrélés avec les meilleurs classements, notamment Google +. Mais l’ « authorship » n’a pas d’effet (pour l’instant). Les pages les mieux positionnées ont systématiquement un nombre important de partages via les réseaux sociaux, que cela soit des like ou des +1. Des études détaillées réalisées par Searchmetrics suggèrent que dans certaines circonstances, les signaux sociaux ont un impact sur l’indexation et le positionnement, même isolés d’autres facteurs. Du point de vue de Google, les signaux sociaux fonctionnent comme un signal de confiance d’un contenu de bonne qualité, sachant qu’il peut vérifier cela via Google +. Dans tous les cas, il semble logique que des pages bien positionnées disposent de davantage de partages sociaux, la question étant : qui de la poule ou de l’oeuf est arrivé en premier.

3. Le nombre de backlinks reste un facteur important, tout comme la diversité des ancres

4. Les pages optimisées techniquement continuent de bien se positionner, cela reste la base à un bon référencement : vitesse de chargement de la page, présence des balises title, description et h1 correctement renseignées, etc.

5. Un texte long, des images et des vidéos permettent de mieux se positionner

6. Les marques bénéficient de conditions avantageuses et semblent défier les lois de Google

Voici l’infographie qui synthétise le sujet, vous la retrouverez aussi sur Pinterest en grand format.

rankings

Cet article est une synthèse en français de l’étude de Search Metrics publiée le 25 juin 2013.

Catégories
Uncategorized

La désoptimisation, la tendance SEO de 2013

S’il y’avait un mot à retenir du SEO Camp Beach 2013 qui s’est tenu à la Grande Motte le 1er juin 2013, c’est bien celui-ci : désoptimisation.

project-thumb-2

Que cela soit David Degrelle ou Paul Sanches, les deux approches arrivent à la conclusion que respecter un profil de liens naturel, désoptmiser les sites, permettent d’envoyer moins de signaux à Google sur le travail d’optimisation de ces sites. L’idée étant toujours de se placer sur Google, mais de manière subtile. Voici quelques idées en vrac tirées de ces deux présentations pour illustrer ce concept de désoptimisation.

En finir avec la triplette du bourrin

Expression de Laurent Bourelly, la triplette du bourrin (2010) consiste à « suroptimiser » les titres, les balises H1 et ALT, les URLs de vos pages, évidement avec les mots clefs visés, au point que l’on en arrive aux mêmes dérives que le fameux mythe concernant la densité de mots clefs dans les articles, qui continue de perdurer.

Variez les mots, utilisez des synonymes, ne forcez pas sur les mots clefs dans l’url, cela permet tout autant de se placer et d’éviter les pénalités de « suroptimisation », voire de gagner des positions et du trafic, en témoigne un exemple d’un client dans le domaine des assurances de David Degrelle qui a gagné 40% de trafic en désoptimisant ses pages.

Un profil de liens naturel

Lorsque l’on étudie les profils de liens des grandes marques, ou de sites qui n’ont jamais fait l’objet d’une prestation SEO, l’on se rend compte que les principales ancres de liens sont soit l’url, soit le nom du site (ou nom de la société), soit tout simplement rien (les liens provenant d’image alt, « noText »).

Ces sites ne se font pas pénaliser par Penguin et autres animaux noirs&blancs. Bref, il va falloir se calmer sur les ancres de liens parfaites et commencer à poser des liens en nofollow, des « cliquez-ici et là », une notion que 512 Banque révélait déjà en 2012 (cf article de sa conférence sur les méthodes avancées de seo).

Les SEO white hat comme blackhat se sont fait penguiner

Paul SancheS a eu l’excellente idée de poser la question, à savoir si des référenceurs aux pratiques white hat se sont fait pénaliser par la dernière mise à jour, et en effet que l’on automatise ou pas la pose de liens, des sites se font pénaliser.

Autres sujets abordés

– Faites des liens externes : Toujours dans l’idée de désoptimiser votre site, faites des liens vers d’autres sites, proposez la possibilité de commenter votre blog en dofollow. Sylvain d’Axenet vient justement de publier un article sur le sujet qui va dans le même sens, proposer un service aux visiteurs de votre site : arrêtez d’être égoïstes !

– Exact Match Domains : David estime qu’il faut travailler une marque et que le comportement des utilisateurs dans les SERP incite à travailler dans ce sens. Paul estime qu’il y a toujours un intérêt à utiliser des EMD, en particulier sur les .com, .net et .org.

Navigateur clean et privé : Astuce de David, utilisez un navigateur secondaire, privé, qui n’accepte pas les cookies notamment, pour pouvoir visualiser vos positions correctement et être un tant soit peu en sous-marin par rapport à Google et son navigateur.

Google Venice : un sujet qui est passé à l’as dans la communauté SEO, mais qui a un vrai impact sur le référencement local. Concrètement, une position peut varier radicalement entre deux régions, il va falloir travailler le linking avec des sites locaux (mairie, CCI, annuaires et blogs locaux).

Google Trends est un excellent outils pour déterminer les tendances d’une région sur les 7 derniers jours, par exemple en Rhône-Alpes.

– Communiqués de presse « réels » : Google + Local fait une corrélation entre les coordonnées physiques annoncées sur le site, les communiqués de presse et la fiche Google + des entreprises. Si votre numéro de téléphone a changé, il va falloir faire les mises à jour adéquates, de même, si vous référencez un réseau de 200 boutiques, chaque boutique doit être référencée individuellement.

La présentation de David Degrelle

Autres articles sur le SEO Camps Day (Montpellier et Angers)

– Le compte rendu su SEO Camp à Angers par Nils Alibart et celui de Ghiseo
Boostez la visibilité de votre site e-commerce par Eroan Boyer

Catégories
Uncategorized

Outils gratuits pour suivre son positionnement sur Google

Bien référencer son site n’est pas chose aisée, il faut jongler entre les expressions les plus recherchées dans les outils que propose Google, vérifier la concurrence sur ce même terme, travailler un texte pour qu’il aie un sens et une présence sur votre site …etc.

Quand enfin vous pensez avoir terminé, que votre site est référencé par les moteurs de recherche, le travail le plus difficile s’annonce : Être mieux référencé ou encore garder la même position dans les résultats de recherche.

Pour connaître sa place dans les résultats, impossible de parcourir « à la main » l’index de google (perte de temps et fastidieux), c’est pour cela que quelques outils sont mis à votre disposition, sur Internet, pour connaître (en temps réel) votre positionnement.

project-thumb-2

La première position capte 36 % des clics

Hormis la satisfaction de trouver son site dans les premiers liens de Google, cela aide grandement à prouver la qualité de votre référencement et le trafic généré.

Le premier lien dans les résultats de recherche de Google est utilisé près d’une fois sur 3 (36 %) et la combinaison des 3 capte près de 60 % des internautes. Seuls 20% des internautes iront jusque la seconde page… !

Des outils de veille et d’alerte

Comme le référencement va de pair avec la position que vous avez dans les moteurs de recherche, il est important de se munir d’outils de veille concernant le positionnement.

Les outils suivants : Goldorank et Advanced Web Ranking) développés dans le précédent article sont encore d’actualité.

Si en plus votre entreprise est dotée d’un développeur expérimenté dans ce type d’applications, le code source vient d’être ouvert pour optimiser cette solution (programme Open source) et la rendre idéale pour vos besoins.

GoldoRank

Une solution libre de droit qui permet, à un instant de connaître le positionnement d’un site à travers les index des différents moteurs de recherche. Cette application, est directement intégrée à votre navigateur (Firefox).

Ce programme permet de connaître rapidement sa notoriété, sa présence dans l’index des moteurs de recherche, rapide à prendre en main, et simple d’utilisation, il est idéal pour connaître à un moment T la position de votre site internet.

Avantages : Libre de droit (donc gratuit), simplicité d’utilisation et Intégrée au navigateur.

Inconvénients : il est possible de faire plusieurs recherches mais pas en simultané, et au bout d’un moment, Google se méfie des actions de GoldoRank (qu’il soupçonne être un robot d’indexation).

Cette application est disponibe sur ce site ou sur le moteur de recherche de Mozilla FireFox :

http://www.websiteburo.com/goldorank/index_fr.php

Advance Web Ranking

Véritable outil de veille sur le positionnement d’un site Internet, cette application permet de connaître la position d’un site (et même de plusieurs) dans les pages de résultats des principaux moteurs de recherche.

Cette application est très performante :

  • Audit de votre site Internet et des pages le composant
  • Proposez votre site internet directement aux moteurs de recherche
  • La suggestion et d’analyse de mots clés
  • La prise en charge de l’API Google Webmaster Tools
  • Connaître vos concurrents

Véritable outil pour le référencement et l’optimisation, très bien conçu et performant, ce programme demande toutefois, un petit temps d’adaptation.

Avantages : C’est un outil très complet et performant, Il permet de suivre le postionnement des sites, les mots clés le définissant et d’optimiser votre site (en vous orientant sur les principaux défauts à corriger). Pas (ou peu) de soucis à se faire sur l’interopérabilité de votre système, l’application est disponible pour Windows, Mac OS X et Linux.

Inconvénients : Advance Web Ranking est un outil complet, oui, mais peut-être peu adapté à un simple usage de suivi de positionnement. Qui plus est cette application est disponible en Shareware (30 jours) et Payante pour une utilisation ultérieure.

Lien vers l’application :

http://www.advancedwebranking.com

Autres outils

Je complèterai cette liste au fur et à mesure, mais citons tout de même dès à présent :

SEcockpit
Moz
Ranks.fr

Catégories
Uncategorized

Test : + de 100 fans français par jour échangés gratuitement

Parfois vos clients se basent sur le critère du nombre de fans pour juger de votre travail de community manager, alors que nous savons tous qu’il vaut mieux 100 fans engagés que 2000 vaguement présents.

Bref, du coup certains achètent des fans, mais se retrouvent avec des fans de pays exotiques, c’est pas très crédible quand la majorité de vos fans ont entre 20 et 25 ans et sont au Mexique pour un club de pétanque à Marseille…

De plus, la présence sur les réseaux sociaux, et entre autre sur facebook, est clairement un critère corrélé au positionnement, en témoigne l’étude searchmetrics de juillet 2013.

social-icons-google social-icon-linkedin social-icon-youtube social-icon-pinterest

social-icon-twitter social-icon-facebook

 

Aujourd’hui, il existe des plateformes d’échanges de fans. Français. C’est génial non ?

Concrètement, sur ces plateformes, en échange de devenir fan de pages d’autres adhérents, vous recevez des fans en échange. Ils sont donc français, humains, réels, bref vous allez pouvoir justifier de votre salaire de community manager à peu de frais : du temps, ou via l’achat de ces fans…

Sur le ring, 2 challengers, 2 concepts

Je ne vais pas vous mentir, je suis assez paresseux d’après certain(e)s, moi j’ai tendance à dire que je suis efficace : j’ai besoin de fans, je vais en trouver, à moindre frais.

Et donc j’ai testé plusieurs plateformes, et je vous commente les résultats ci-dessous, voici dex plateformes très différentes dans l’approche et la qualité éventuelle des fans récoltés :

1/ Likebaguette.net :15 fans français gratuits par jour

Sur likebaguette, vous allez pouvoir récupérer des fans français sur votre/vos pages facebook. C’est l’interface que je préfère, la visionneuse des autres pages est très intuitive et rapide, et vous allez rapidement obtenir vos 20 fans par jour, en filtrant notamment par vos centres d’intérêt : personnellement j’ai filtré pour n’avoir que des pages culture et art, donc beaucoup de photographes et de musées, ça me va !

Si devenir fan vous ennuie, vous pouvez aussi acheter des fans de cette plateforme pour votre page, vous en aurez 1000 pour 45€. Il existe aussi un système de parainnage (que j’utilise pour être transparent) qui va vous permettre de gagner entre 10 et 30% des fans que vos filleuls auront échangé/gagné/acheté.

Note : le logo, on dirait un tampon, je ne comprends pas…

likebaguette

2/ Fanbusiness : 30 fans français par jour

Ce service est différent, dans le sens où vous ne pourrez absolument pas acheter de fans pour votre page, juste échanger. Le seul moyen d’avoir davantage de fans est de payer pour que votre page apparaisse en début de visionneuse, ce qui ne vous garantit en rien des fans… Et donc ici, pour profiter d’un max de likes, il va falloir que votre couverture assure… !

Des pointures des réseaux sociaux sur ces plateformes ?

Apparemment je ne suis pas le seul à utiliser ces services, notamment fanbusiness où j’ai vu les pages de Presse-citron, Isabelle Mathieu, le blog du modérateur… ont-ils vraiment besoin de cette plateforme ou est-ce un moyen de se crédibiliser de la part de fanbusiness ?

J’ai publié des impressions d’écran sur mon compte Google +.

Edit 9/9/2013 : Suite aux retours sur les réseaux sociaux et dans les commentaires, il semble que ces pointures du web ne se sont jamais inscrites sur cette plateforme, ce qui me semblait dès le départ bizarre…

Catégories
Uncategorized

100 infographies SEO à découvrir sur Pinterest

Pinterest est le réseau social qui fait un bond aux US en venant titiller Twitter mais qui a du mal à démarrer en France, avec seulement 300 000 visiteurs uniques par mois; soit 0,5% des internautes français (à comparer aux 10% utilisant twitter par exemple).

social-icon-pinterest

80% d’épingleurs mâles en France en 2013, 80% féminins aux Etats-Unis : un début de réponse ?

Pinterest prends le problème à bras le corps et a recruté 300 blogueurs pour sa campagne « Epingler c’est partager ». C’est sûr que ça sonne mieux que « Pinner c’est gagné »… Oui la blague est de mauvais goût, mais on ne peut que s’interroger sur le fait que ce réseau social est utilisé majoritairement par des hommes en France (81%, cf Tomate Joyeuse), contrairement aux US où les femmes sont (largement) majoritaires (cf Le Monde). Je suis certain que cette question de sémantique est une barrière ici pour la gent féminine… ou alors les early adopters français de Pinterest sont tous des geeks mâles ? Je veux bien votre avis sur le sujet.

Des infographies SEO, en veux-tu en voilà

Bref, je fais partie de cette campagne, et oui gratuitement je fais de la pub à Pinterest. A vrai dire, cela tombe bien, car je souhaitais présenter mon tableau d’infographies depuis un certain temps, le voici donc : Rendez-vous sur mon profil Pinterest pour découvrir ces 100 infographies SEO !

infographies-SEO

Vous aimez les infographies ?

Alors rendez-vous rapidement sur dataviz.im, le site de référence pour la diffusion des infographies en français, vous y trouverez de nombreuses infographies, mais aussi et surtout, il s’agit d’un excellent endroit pour diffuser la votre si besoin !